Les Récoltes de l'Espoir

Les Récoltes de l'Espoir

Projet de financement de la recherche sur le cancer du tronc cérébral de l’enfant

INSERM Bordeaux – Projet de recherche de Martin HAGEDORN – équipe Christophe GROSSET

Le gliome (tumeur) infiltrant du tronc cérébral est la forme la plus dévastatrice des cancers du cerveau chez l’enfant. Cette région du cerveau qui se situe au-dessus de la moelle épinière est responsable de nombreuses fonctions vitales, parmi lesquelles la vision, l’équilibre, la force, le réflexe pharyngé, la toux et la déglutition.

La tumeur, selon sa taille et sa localisation, peut affecter une ou plusieurs de ces fonctions.

En France, les enfants atteints de tumeurs du tronc cérébral se voient soit proposer un traitement palliatif (radiothérapie), et éventuellement de procéder à une biopsie (à visée de recherche scientifique) ou de participer à un essai clinique. Malheureusement, sur les 40 dernières années, aucun d’entre eux n’a permis d’améliorer l’espérance de guérison de ces enfants.

Pour le gliome du tronc cérébral, il est nécessaire de rechercher les causes et les mécanismes du développement de ces tumeurs pédiatriques afin d’envisager des pistes thérapeutiques.

Trop peu de moyens sont alloués par l’Etat à la recherche scientifique sur les cancers de l’enfant car jugés « non rentable » !

Pourtant , les tumeurs cérébrales sont la première cause de mortalité par cancer chez l’enfant !

En France, chaque année, ce sont 500 enfants qui décèdent d’un cancer en France, soit 20 classes d’écoles. Ce chiffre ne recule plus depuis 15 ans. Sur les dernières décennies, seuls les cancers pédiatriques répondant aux « traitements pour adultes » ont vu leur chance de guérison s’améliorer. Les tumeurs cérébrales sont à ce jour la première cause de mortalité par cancer chez l’enfant.

L’association Les Récoltes de l’Espoir a décidé de se mobiliser en 2019 pour récolter un maximum de fonds pour contribuer financièrement à la recherche fondamentale sur le Gliome infiltrant du Tronc Cérébral de l’enfant en soutenant l’équipe « MiRCadE de l’INSERM ».

Après de nombreuses rencontres avec les chercheurs tout au long de cette année , l’association s’est engagée à financer les travaux d’une doctorante sur 3 années , soit un investissement de 45 000 euros : 25 000 euros viennent d’être financés en 2019. Les 20 000 euros supplémentaires seront financés en 2020 : de nombreuses actions permettront à l’association de répondre à cet objectif.